L’Équation pour l’année scolaire 2013-2014 est x/4

Un projet Caza d’oro & OCCE 09 avec l’artiste Lucie Laflorentie & des enfants et des jeunes des établissements d’Ariège.

logo x par 4

L’équation cette année?

Après «5/5», «3×3=6», «8+1=1», cette année l’équation est «x/4»!
Pour la résoudre, prenons «x/4=1y» :
x = le nombre d’établissements participants,
4 = 4 catégories d’établissements (maternelle, primaire, secondaire, spécialisé),
1 = un artiste et y = le nombre de ses œuvres,

Cette année 8 établissements scolaires participent au projet : le collège d’Ax-les-Thermes, le CAMSP, l’école de Rimont, l’EPMS La Vergnière, l’école de Saint-Jean-du-Falga, l’école de Mirepoix, l’école de Saint Paul-de-Jarrat, l’école de Montferrier.

Qui est l’artiste? Lucie Laflorentie
Formée à l’école des Beaux-arts de Toulouse, l’artiste originaire de Moissac trouve son art de prédilection, l’architecture. Sa démarche est de se servir de l’environnement, du matériel disponible et de le transformer, utiliser la profondeur et travailler sur les perspectives. Elle prône l’économie, faire le plus avec le moins possible, s’inspirant du minimaliste. Au moyen de dessins, de peintures, de vidéos et d’installations, Lucie Laflorentie réinterprète sa perception du paysage, de l’espace, de l’architecture. Son œuvre consiste à  transformer le matériel dont elle dispose, celui qu’elle trouve dans son environnement et dont elle retravaille les perspectives.

Architecture et paysage
« L’envers du décor» comme élément du décor.
visuel14l«Le travail de Lucie Laflorentie s’est fondé sur l’articulation entre son approche du dessin et son expérience du paysage (Canyon, 2005). Hors de l’espace confiné de l’atelier la jeune plasticienne réinterroge sa perception de l’espace, pose un rapport mouvant entre elle et l’environnement. De la fenêtre ouverte sur le monde au cadre omniprésent, Lucie Laflorentie ne cesse de déconstruire et reconstruire l’unité de l’image dans une mise en espace particulière. L’espace d’exposition devient le paysage de tous les possibles et de tous les points de fuite.

Ses installations architecturées conjuguent dépouillement bricolé et mise en abîme de la vidéo.

Un jeu s’instaure entre espace de projection et de représentation, un nouveau partage du monde de l’image. (…)
Visible, invisible, fragmentation des plans, densification des volumes, c’est comme si le travail de Lucie Laflorentie se plaçait dans l’amorce de quelque chose ; quelque chose dont le cadre prédéfini, souvent posé comme une extension naturelle de la salle d’exposition (Veduta, 2008), capture notre attention pour mieux prolonger une expérience sensible et libre. C’est comme dans une salle de cinéma, s’asseoir ni trop près, ni trop loin de l’écran pour mieux voir le dessin de la ligne d’horizon.» Bernadette Morales.

Quelle est la démarche du projet?

Une découverte libre de l’œuvre pour les élèves, les enseignants et les encadrants participants est d’abord envisagée. Par la suite, un accompagnement dans l’élaboration des séances d’exploitation en classe est proposé par les partenaires sous forme d’un carnet de route collectif conçu pour permettre d’aborder le projet de manière ludique! Un document-support construit sur le principe de la transdisciplinarité qui permet un appuis (par des ricochets culturels) sans pour autant en imposer une approche plastique. Ce carnet de mise en route pour découvrir l’équation de cette année sera aussi votre outil de témoignage du projet pédagogique des classes participantes.

Besoin d’aides? Pourquoi pas?

GS de St Jean du Falga en action 3!Cette année, la résolution de l’équation x/4 est donc rendue ludique et amusante grâce au support pédagogique qu’est le « Carnet de route de l’équation ». Le cheminement du projet est enrichi par les ricochets culturels associés qui sont à exploiter ou pas… à  chacun de faire son choix!

Pour télécharger le carnet de route et les consignes, cliquez ICI et Là , pour les ricochets cliquez ICI et encore ICI!

Pour télécharger le communiqué de presse du projet, c’est PAR ICI.

Vous pouvez aussi, en cliquant… ICI, trouver le dossier de présentation des œuvres de Lucie Laflorentie exposées dans les établissements scolaires.

Pour certains… ça roule! Regardez plutôt l’exemple de la GS de l’école de St Jean du Falga!

GS de St Jean du Falga en action 1! GS de St Jean du Falga en action 2! GS de St Jean du Falga en action 4!  GS de St Jean du Falga en action 5!  GS en action de St Jean du Falga 6!

GS en action de St Jean du Falga 7!Témoignage de l’enseignante Michèle : « Un petit aperçu du travail que l’on a commencé à faire à  la maternelle de St Jean du Falga »¦. inspiré par l’œuvre de Lucie, Springkler : des cabanes en boîtes récupérées, des jeux avec les ombres pour ensuite faire nos silhouettes. Je pense utiliser les silhouettes pour faire comme les artistes Banksy, Pignon Ernest à suivre en tous les cas, les enfants se régalent !!!

Et c’est bien là  l’essentiel !!