Le nouveau projet

 

Après « 5/5 », « 3×3=6 », « 8+1=1 », «4x=1y», f(x) = c3 et toujours sur le principe d’une équation énigmatique qu’on ne déchiffre pas avec un calcul mais avec des mots, c’est maintenant au tour de E140=02. L’artiste retenu pour ce projet est Carl Hurtin, artiste régional, résidant à  Caza d’oro en 2016.

Réalisation pour 2016 :

– un carnet de route ou support (sous forme de cahier de projet), une sorte de storyboard ou un document explicatif avec ses références culturelles (littérature, cinéma, poème…) pour l’idée de transdisciplinarité. L’intervention consistera à  proposer une approche culturelle de l’œuvre (et à  ne pas se limiter à  une approche plastique ou en une mise en rapport avec l’histoire de l’art contemporain)
– un communiqué de presse commun

8 établissements seront concernés dont :

– école primaire de Saint Lizier
– école primaire Les Carmes de Pamiers
– école primaire Paul Bert de Foix
– école primaire de Bonnac
– école primaire de Sainte Croix Volvestre
– école primaire du Fossat
– école primaire de Vicdessos
– école primaire de Saint Paul de Jarrat

 

Carl Hurtin

 

De l’utopie

Carl Hurtin nous convie au cœur du langage, pour déjouer les pièges du signe, l’aplanir ou l’apparier à d’autres signes, initialement disjoints ou discordants, pour saisir ainsi les multiples «lignes de fuite» qui régissent notre rapport au monde et aux autres. L’outil (la fourche), dont l’usage sous-tend l’installation, est le signe que la pensée d’une utopie du lien social est possible, à  condition de passer par l’art, et la parole originaire : la fabulation. Raconter des histoires, de lieux (le jardin, la cathédrale, le laboratoire) et d’individus (l’homme qui cultive son jardin, la femme qui coud), en évitant le piège du stéréotype. Les matériaux catalysent notre quotidien, et le rendent alors inapte à appréhender la vérité du monde qui nous environne. En extrayant les signes de leur contexte (religieux par exemple, l’image du cierge), l’artiste tente de les dédoubler devant nous, et redessine ainsi les contours magiques des objets et des lieux ; la serre-cathédrale nous offre alors un éventail de signifiés, un bouquet de concepts, qui sont autant de chocs de matières que d’ouvertures du lieu à l’altérité, à ce qui n’est pas lui, à ce qui l’excepte ou le dépasse, à ce qui est différent, à ce qui ne lui était pas, au départ, lié ou dévolu. Le rassemblement est à  l’œuvre, sous la forme d’une rencontre, éventuelle, aléatoire, provisoire, voire accidentelle, fortuite, et, en cela, condamnée à  l’inachèvement, à  la parcellisation, mais c’est précisément le geste de l’artiste qui lui ouvre de nouvelles perspectives : geste en suspens, signifié ouvert, dispersé, libéré de son carcan idéologique.

Du végétal

Ainsi la germination est l’envers du rhizome, comme lui promesse d’un foisonnement à  venir, élan vital, tout le contraire de l’inachèvement, portant sa fin en son commencement et son devenir même. Elle est, dans le cadre de la duplication et de la multiplication, une métaphore de l’individu, qui puise dans le monde sa source et sa matière proliférante. Car si la matière ici prolifère (le matelas troué de fioles, d’éprouvettes ravit notre imagination par son étrangeté évidemment, mais surtout par l’hybridité qu’il crée entre matière inerte et matière vivante, sorte de dévoilement de l’homme-machine surpris dans son sommeil), c’est pour montrer l’enchevêtrement et la complexité des «lignes de fuite» qui modélise toute individualité. Mais quid, alors de l’individu comme entité indivisible? Fantasmagorie originelle, que l’artiste nous permet ici de déconstruire pour de bon, d’où l’irruption de la tragédie dans le champ de la communauté, tragédie que pourrait bien résumer l’illusion d’être tout entier présent à  soi-même en un lieu, alors que l’on peuple plusieurs lieux en même temps, que l’on est habité par plusieurs lieux exogènes, que l’on est traversé par plusieurs courants contradictoires et qui se nient les uns les autres, que l’on explore au même moment différents états de la conscience, que l’on éprouve des émotions discontinues, que l’on est soi-même plusieurs et divulgué comme tel à  la face du monde, par des miroirs orientés aux quatre coins de notre espace mental.

Au rassemblement Au commencement, il y a la rencontre et la participation, qui sont et demeurent le cadre conceptuel de cette exposition. L’installation ne s’anime que si elle puise ses éléments de l’usage qu’en ont fait d’autres avant elle. C’est l’économie de l’œuvre, ou plutôt l’écosophie, c’est-à -dire l’art ou la sagesse d’habiter les lieux, d’insuffler de la vie au minéral (la pierre, le métal presque comme de la pierre). Ainsi sommes-nous tous conviés au banquet de la matière, invités à partager des signes et à échanger du sens, sans qu’il y soit d’abord question du risque que cette entreprise comporte. Car donner quelque chose (sa voix, ses empreintes, un miroir, tout cela appartenant à  notre intimité propre ou «domestique»), c’est livrer un peu de soi-même, et créer un lien mystique entre l’autre et soi, comme nous le rappelle l’anthropologie. Dans ce contexte, l’objet (ou le morceau d’objet, un élément ou une partie possédant la même charge sémantique que le tout) donné, ou prêté, revêt une sorte de force magique, comparable au feu du poète. Il se trouve magnifié dans ce rite initiatique, et la plus-value, c’est ce résiduel métaphorique qui l’élève au rang d’objet d’art, et ce d’autant plus qu’il s’inscrit dans une série . extrait du texte « la Puymoyen »

Carl Hurtin

 Mahourat – 31220 Mondavezan

carlhurtin@voila.frTél: 0561900033 

N°d’ordre MDA: h108489

N° Siret: 34766717200022

http://www.carl-hurtin.com 

Expositions personnelles (extrait)

2014

– La Novela, parcours d’action à Borderouge

– Performance «le plus grand studio photo du monde», stade de foot de Pouvourville, Tandem Lieu Commun-CLSP

– «Performance calligraphique», «duo tribal fusion», «Le cheval d’or», fiction en 7 articles, Tandem Lieu Commun-CLSP

– Résidence à  l’agence Dauphins Architecture

– Défilé-lecture «S’habiller avec le monde» et vidéo «Les avions» Week-end de l’art contemporain, les Abattoirs, Toulouse.

2013

– Résidence à «Tandem» Septembre 2013-Septembre 2014 à  Pouvourville avec Lieu Commun, Toulouse.

– Connections, (200 personnes – 40 000 légos), avec Ekito et Perfect Lovers, Béziers.

– Performances, Salon du livre, Médiathèque de Pamiers, Ariège.

– Parcours de performances, FIAT (Printemps de Septembre, Toulouse), invité par le Pavillon Blanc à  Colomiers

– à «Pyrénées : Art & Écologie au XXIe siècle» au Musée Étienne Terrus à la ville d’Elne

– Chemins d’art en Armagnac, Gers.

– Résidence Expositions et performance, Carbonne, Rieux Volvestre, Montesquieu Volvestre, Portraits de Paysages.

– Parcours de performances, Printemps des Poètes  Médiathèque de Pamiers, Ariège.

– Rituels. Ensemble d’œuvres conçues pour le site (vidéos, installations, vidéos d’actions, montages sonores) Résidence au Lycée Bossuet de Condom.

– Performance « L’assemblée plénière », Communauté de Communes du Ténarèze, Gers

– Petites interventions locales et performances. « Histoire(s)», Traverse Vidéo 2013

2012

– Participation à la première session «PechaKucha Night» par le collectif XPEDIT au PUL, Toulouse

– Afiac Café Performances, «Traversé par la piscine» 5 performances et une installation

– La Novela, Parcours philotopique <<les petites réparationsÂ>> parcours d’actions dans le quartier du Mirail, Toulouse.

– 16/08/2012 Résidence Parkinprogress, Parc de Pannonhalma, Hongrie

– 06/2012 Résidence collective, programme Européen Hito, Tournefeuille. Les nuits euphoriques, installations dans l’espace public.

-« Lieux dits, lieux chantés, lieux joués, lieux « » Atelier artistique, quartiers nord, parcours d’actions dans l’espace public, bbb, Toulouse.

– « jamais nous ne sommes entrés dans un jardin aussi beau ». Exposition à  la galerie du collège Lakanal de Foix, 09

– 3×3=6, Exposition de « PULP» et <<Escarpin-jardin » à  l’école primaire de la vallée du Douctouyre, avec Caza d’Oro, résidences d’artistes, 09

– Art vidéo, Espace o25rjj, L’art contemporain chez l’habitant, Loupian, 34

– Lesalonreçoit, Exposition de la collection Vidal-Zanini, Toulouse

 2011

– A Media, Festival de formes courtes, performance, Laspuna, Aragon, Espagne

– « Dérapage contrôlé », installation, Omnibus, Tarbes

– Résidence à  Fiscal, Aragon, Espagne. Programme européen Hito. Installations, Vidéos, actions et installations dans le paysage, performances, collaboration avec des musiciens locaux.

– « La cabane », cour intérieure de la DRAC Midi-Pyrénées. Dans le cadre d’un atelier artistique au Lycée Capou à  Montauban, Tarn, avec « La cuisine », Centre de création Art et Design, dans le cadre de« Rendez-vous aux Jardins »

– « Cracker la ville », parcours d’actions. Graulhet, Gers et Toulouse, quartier Jolimont et Mirail. Intégration à  une équipe du LRA, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture.

-« Pyrénées : art et écologie », Vidéos d’actions, Art Santa Monica, Rambla 7, Barcelone

 

Expositions Collectives

2009/2010

-« Pyrénées : art et écologie », Caza d’Oro, Mas d’Azil. Vidéos d’actions et performance « Messe pour Champion ».

-« Lookin’4 a spot », « le gué»,  Re-calle », « Rassemblement blanc », vidéos d’actions et installation, Jacobeo in progress, résidence à  Hecho en Aragon, Espagne

-« Immeuble Mobile », Ingrvid Festival de Cultura Cont. de l’Emporda , Figueres, Espagne

-»Cahors Juin Jardins», installations «Outils signaux», jardin de la cathédrale et série de 12 affiches « Pictogrammes » pour affichage public municipal, Cahors.

-»Parcours philotopique», actions dans l’espace public, Traverse vidéo 2010.

-« Val Caddie », installation conçue avec des étudiants. Atelier artistique au Lycée Fonlabour, Albi, avec Le Lait, centre d’art.

-»Immeuble Mobile», œuvre itinérante, Olot, Catalogne, Huesca, Aragon, Tournefeuille, Midi-Pyrénées. Dans le cadre « Invasion subtile » de Villes 3.0.

-» PULP, Petite Utopie Légère et Portable», « Escarpins/Jardins » et exposition à agnès b, Toulouse. Traverse Vidéo 2009, Toulouse

-»Marie Madeleine» et «Tralala lala lala» performances à  la Chapelle des Carmélites, Toulouse. Traverse Vidéo 2009, Toulouse

»La ritournelle cosmique», composition pour Chorale et Gilles Deleuze et «Baryton Martin» installation vidéo. «E pur si muove» Festival « les Arts au Vert »  Stosswihr, Bas-Rhin.

-» Composition pour Philosophes et Trompes de chasse», chapelle de Sauveterre du Comminges pour la Chapelle St Jacques, St Gaudens.

2008 «D’autres murs», exposition itinérante. UMind, Unité Mobile individuelle de Parc et Jardin. bbb, centre régional d’Art Contemporain, Toulouse.

 -Rétrospective résidences 1998/2008. Images/Architectures. Installation, vidéo, performance. Captures 21, Galerie des Voûtes du Port, Royan.

2007 « le temps d’une chanson » Captures 20, Centre d’art contemporain des Voûtes du Port, Royan. Exposition et performance.

2006 « Territoires» Maquette Sonorisée et vidéo, Espace Ecureuil, Fondation pour l’art contemporain, Toulouse et installation «UMPJ eau» et lecture et chant pour chorale, composition « l’eau du lac dort » Lac de Fourquevaux, Abistodenas.

Expositions Personnelles (extrait)

2010 « Champ ouvert/Tragédie des communs »Exposition, Maison Salvan, Labège, 31

+ Série de performances : « L’appel », « Extrait »,« Lecture pour lunette de bouche double»,« Danemark-Japon/Les rites d’interactions»

2009«Petite surface de proximité», exposition. «L’élan des surfaces, version 3», «Slogans», performances à  Omnibus, Tarbes.

2008 «Pan,Lieu Commun, Toulouse. Installations, vidéos, performances.

 

Projet culturel et artistique liaison CM2-6ème  proposé par Nathalie Thibat, professeur d’arts plastiques

 

En écho au projet départemental Equation organisé par les Résidences d’artistes Caza d’oro, Centre International d’Art Contemporain et l’OCCE09 dans les écoles d’Ariège, je propose à une de mes classes de 6ème de travailler autour d’une œuvre de l’artiste Carl Hurtin qui est exposée à  l’école des Carmes à  Pamiers. Et ce afin de créer une passerelle culturelle et éducative entre le collège Rambaud et l’école des Carmes sur le projet de liaison.

Programme :

–  Visite de l’œuvre

–  Travail en classe autour de l’œuvre

– Exposition des travaux réalisés par les élèvesà  l’exposition collective organisée en mai aux Forges de Pyrène.